Les enfants sacrifiés du Llullaillaco

Il y a maintenant 16 ans de cela, une expédition au sommet du volcan Llullaillaco en Argentine fait l’objet d’une découverte surprenante. Il s’agit des corps de 3 enfants morts il y a plus de 500 ans mais pourtant quasi intacts.

Il y a 5 siècles les tribus Inca avaient pour rituel de donner aux dieux de jeunes enfants en sacrifice, ils choisissent les plus beaux enfants des plus grandes familles. C’est ce qui est arrivé à une jeune fille de 15 ans, une autre de 6 ans et un garçon de 7 ans. Ceux-ci ont été vêtus de leur vêtements traditionnels puis déposés au sommet du volcan Llullaillaco où trois tombes ont été creusées à leur effet.

(lieu de découverte)

En février 1999, une expédition archéologique mène Johan Reihnard et son équipe au sommet d’un volcan enneigé et y retrouve trois cadavres, trois enfants. Le plus étonnant est qu’ils sont retrouvés dans un état exceptionnel. Ces derniers ont l’air complètement intact on croirait que leur décès est récent pourtant leur mort remonte à 500 ans. En réalité les corps sont congelés. Le sommet du volcan a une température située entre -20 et -30°C et la pression atmosphérique y est très basse, il y a donc peu d’oxygène. Tous ces facteurs ainsi que la sècheresse de l’air ont fait que les trois jeunes enfants après être morts de froid ont laissé leur corps se momifier naturellement. Il semblerait que les enfants aient été drogués afin qu’ils s’endorment peu à peu jusqu’à ce qu’ils meurent d’hypothermie. Ce qui explique les positions foetales où ils sont retrouvés.

Leur état de conservation est incroyable, leur peau et quelque peu desséchée et commence à peine à s’écailler même après 5 siècles. Le froid permis de conserver les cheveux, les ongles, les organes et du sang a même était retrouvé dans leurs veines.
Les scientifiques on mit 6 ans afin de trouver le confinement parfait pour continuer à conserver les trois jeunes Incas.

Durant ces 6 ans ils sont conservés dans les chambres froides d’une université de Salta en Argentine. Aujourd’hui ils sont conservés et exposés dans un équipement complexe spécialement conçu à leur effet.

L’Egypte est connue pour ces momies mais en réalité la momification a commencé en Amérique du Sud. Il s’avère que souvent ils se servaient de leur climat pour momifier naturellement les corps en les plaçant à des endroits stratégiques tels que des sommets de montagnes (comme si dessus). Ils trouvaient des endroits très froids pour que les cadavres se retrouvent complètement congelés et donc naturellement momifiés.

Sinon, les peuples Incas ou Aztèques utilisaient des méthodes plus traditionnelles. Cela fonctionnait par étapes : d’abord il fallait vider le corps de tous ces organes. On commençait par extraire le cerveau que l’ont aspirait par les fausses nasales. Puis après avoir incisé le flanc du corps on en vidait la totalité des organes pour ne garder que la peau. Les embaumeurs enduisaient alors la peau d’une mince couche de pâte à base de cendres qui durcissait au séchage. Et enfin on plaçait le corps dans des fardos funéraire après l’avoir recouvert de parures

.

Voici deux exemples de fardos funéraires:

Les techniques d’embaumement ont été inspirées des Incas puis améliorées plus tard par les Egyptiens avec des procédés plus techniques.

Decouverte au Llullaillaco