Évaluation des différentes étapes de l’épreuve

Etape 1 : Concevoir une stratégie pour résoudre une situation problème

« Expérimenter, c’est imaginer. »
(Friedrich NIETZSCHE)

La consigne reprend la problématique du sujet en respectant la formulation initialement utilisée dans le chapeau. Il est précisé de «Proposer une stratégie de résolution réaliste» dans une salle de travaux pratiques et dans le temps imparti lors de l’épreuve.

Cependant il est envisageable que le candidat propose :
– à propos du lieu, par exemple, une sortie dans l’environnement proche (jardin, enceinte de l’établissement, champ, forêt…),
– concernant la durée, une préparation précédant la manipulation, par exemple, une pré-culture, une mise en situation expérimentale particulière comme la mise à l’obscurité du végétal avant la réalisation de la mesure lors de l’épreuve en présence de lumière,….
La stratégie proposée par le candidat doit faire état de
– ce qu’il fait en cohérence avec la problématique posée et l’hypothèse à tester. Il peut proposer un type d’activité d’observation, d’expérimentation ou de modélisation, de mesure. Il doit indiquer l’objet qui lui permet d’étudier le phénomène: une structure pour une observation un (ou des) paramètre(s) caractéristique(s) pour une expérimentation ou une modélisation; une grandeur significative pour une mesure
– comment il le fait : le plus souvent, pour tester l’hypothèse, il faut réaliser une comparaison soit entre deux structures observées dans des conditions différentes (observation ou mesure) soit entre deux déroulements du même phénomène obtenus en changeant un paramètre (expérimentation ou modélisation). Il faut donc que le candidat précise le (ou les) témoin(s) qu’il envisage pour pouvoir comparer.
– ce qu’il attend: en se plaçant dans sa logique de résolution, il doit préciser le(s) résultat(s) attendu(s), ce qui revient à formuler une conséquence testable ou une implication vérifiable.
L’évaluation de cette étape 1 prend en compte ces trois critères indépendants. dat atteint

  • le niveau A si les 3 aspects ont été envisagés;
  • le niveau B si 2 aspects sur les 3 l’ont été;
  • le niveau C si un seul aspect l’a été;
  • le niveau D si aucun aspect ne l’a été.

Etape 2 : Mettre en œuvre un protocole de résolution pour obtenir des résultats exploitables

Des documents ressources complémentaires peuvent être proposés dans cette étape s’ils sont indispensables pour effectuer les étapes 2, 3 et 4 mais étaient inutiles pour l’étape 1 ou en augmentaient le temps d’appropriation.

Un protocole est imposé au candidat, proche ou non de la stratégie qu’il a prévue dans l’étape précédente. Il convient, en formation, de prévenir les élèves que cela ne signifie en rien que la stratégie proposée ne sera pas évaluée positivement, du fait qu’il existe plusieurs façons de tester la même hypothèse. Il est possible d’identifier, en nombre limité, des familles d’activités (F1 à F5) comme le résument les schémas ci-dessous (le second schéma détaille les familles présentées dans le premier schéma

  • La famille «F1» «Préparer »regroupe des activités pratiques préalables ou concomitantes à l’observation ou à l’acquisition d’une mesure
  • La famille « F2» «Mettre en évidence // Identifier »correspond à l’observation à différentes échelles.
    La famille «F3» «Mesurer // Calculer» correspond à la mesure qu’elle soit réalisée avec un instrument de mesure, par ExAO ou avec un logiciel, comme Mesurim, de traitement d’image. Les valeurs obtenues peuvent être intégrées dans un calcul (exemple: calcul d’une densité à partir de valeurs de masse et de volume).
  • La famille «F4» «Visualiser //Sauvegarder des données» consiste à rechercher les données significatives, au moyen d’un logiciel fourni et les afficher à l’écran. Cela nécessite d’utiliser des fonctionnalités spécifiques du logiciel fournies dans une fiche technique à disposition du candidat (exemple: avec un logiciel comme Anagène ou Geniegen, il s’agirait de «charger et afficher des séquences de nucléotides»).
  • La famille «F5» «Traiter des données» correspond à la mise en évidence d’une information issue d’autres fonctionnalités du logiciel (exemple: avec un logiciel comme Anagène, «comparer» ou «traduire» ou…). On traite les données car on passe de données initiales (séquences par exemple) à une donnée dérivée issue de la comparaison ou de la traduction
    •le niveau A Le candidat met en œuvre le protocole de manière satisfaisante et obtient des résultats exploitables (une aide mineur est acceptée
    •le niveau B Le candidat met en œuvre le protocole de manière satisfaisante et obtient des résultats exploitables des aides mineurs sont demandées
    •le niveau C Le candidat met en œuvre le protocole de manière correcte et obtient des résultats exploitables une aide majeurs est fournie
    •le niveau D malgré une aide majeure le candidat n’obtient pas de résultats exploitables

Etape 3 : Présenter les résultats pour les communiquer

On demande au candidat : «Sous la forme de votre choix présenter et traiter les données pour qu’elles apportent les informations nécessaires à la résolution du problème ». Le choix du mode de communication scientifique est de la responsabilité du candidat. Cela peut être une image numérique, un dessin d’observation, un schéma, un tableau, un graphique ou une combinaison de ces différents éléments. Un texte seul n’est pas considéré comme une communication scientifique mais des éléments de commentaires rendant la représentation explicite (titre, légendes, texte…) sont attendus. Dans cette étape, est attendue du candidat une production:
• Techniquement correcte (qualité technique) témoignant d’une maîtrise technique qui lui permet de présenter une production soignée, lisible et bien agencée;
• Bien renseignée (éléments de commentaires associés) apportant toutes les informations complémentaires utiles et exactes (titre, légendes…) qui facilitent la lecture et la compréhension de sa production;
• Bien organisée (sens donné) permettant de mettre en évidence parmi les informations issues de l’étape 2, celles qui sont essentielles à l’interprétation de l’étape 4.
L’évaluation de cette étape 3 prend en compte ces trois critères indépendants.

Le candidat obtient:

  • le niveau A si les 3 aspects ont été envisagés
  • le niveau B si 2 aspects sur les 3 l’ont été,
  • le niveau C si un seul aspect l’a été,
  • le niveau D si aucun aspect n’a été envisagé

Etape 4: Exploiter les résultats obtenus pour répondre au problème

La consigne reprend la problématique initiale, selon une forme comparable à celle des questions 1 et 2. Cette étape terminant la recherche, elle doit apporter une réponse au problème initialement posé. Il est possible de découper cette étape par trois temps :
«je vois» (j’identifie l’ensemble des résultats pertinents),
«je sais» (j’intègre les notions utiles) et
«je conclus» (je les mets en relation pour construire une réponse)
•Par «je vois», on attend que le candidat reprenne les résultats obtenus dans l’étape 2 et présentés à l’étape3;
•Par «je sais», qu’il intègre les informations et connaissances fournies dans le chapeau du sujet et les documents ressources (donnés avant l’étape 1 et/ou au début de l’étape 2)afin de résultats pris en compte;
•Par «je conclus», qu’il réponde au problème initiateur de l’investigation en mettant en relation les éléments précédents.
L’évaluation de cette étape 4 prend en compte ces trois critères indépendants.
Le candidat obtient:

  • le niveau A si les 3 aspects ont été envisagés,
  • le niveau B si 2 aspects sur les 3 l’ont été,
  • le niveau C si un seul aspect l’a été,
  • le niveau D si aucun aspect ne l’a été
    .

d’après http://www.education.gouv.fr/pid25535/bulletin_officiel.html?cid_bo=86575

ECE 2015 : Évaluation des différentes étapes de l’épreuve ECE